9 sensations d'une femme au cours de son massage

Publié le par pierre

9 sensations en forme de Haïkus

signées par Roxane de Namur

Qui est venue se faire masser 

 

La main est là et inaugure le voyage.

Mes sensations  sont appelées de leur cachette,

Très vite à la surface.

Comme des poissons de rivières

Nageant en profondeur

Viennent respirer

L’air frais à la surface

S’emplir les branchies.

 

La main est d’un initié.

Sur le sacrum il louvoie

La main passe

D’une lombaire à une autre

Dans un mouvement

Comme de défaire d’une ganse

Le premier frison

D’air pur

À mes grosses poissonnes sensations.

 

Le travail du ciselé

Du galbe de la fesse

Un sculpteur travaille

Le détail de la fesse

Roule, polit,

Complète de petites boules de glaise

 

Le cap Horn des sens.

Je l’ai passé,

 Nous l’avons passé 

 Comme les grands marins

 Qui en reviennent

 Peuvent portés un diamant dans une oreille

 Quand nous nous croisons

 Alors un simple salut.

 

 

 Le retournement

Les mains dansent au dessus du nez

L’on s’amplit

Nous  montons en altitude.

La main en réimprime

La montée le long  de la colonne vertébrale

Que l’on sent sur le dos et sur le ventre.

Et où l’on sent chaque fois

La  serpentine de l’onde dorée

 

 

Au temple du delta

 La main amorce

 Une marche d’approche

 Au temple du Delta

 La paume des mains

 Trace la route

 Dans un effleurement

 Un ours marchant sur un terrain

 Où il sait qu’il y a un trou

 Recouvert de feuillage

 Et s’il veut y aller,

 C’est dans les plus grandes précisions

 Afin qu’il en survive lui

 Et celle qui porte cette terre, lààà !

 Elle retient ses larmes,

 Elle sent son essence de femme.

 

L’écorce d’Or

Comme une écorce d’or

Elle respirait son essence

Avec la joie d’être avec elle.

 

 

 Héphaïstos

 Qui sans se lasser

 Continue le chemin

 Le polissage de la création

 Un Héphaïstos contemporain.

 Renouant avec les vieux mythes ;

 Gilgamesh, les contes

 Où le motif est la création

 Avec la glaise d’un petit être…

 

 

Mille feuilles

Un mille feuilles d’or comme les peintres des icônes

La feuille d’or qu’il insère dans sa peinture.

Là l’on pense à ce texte de conteur africain

Qui dit : l’on ne peut pénétrer le corps d’une femme

Sans auparavant avoir ouvert

Les douze portes de son être.

La question d’entrée ou de ne pas entrer

Ne se pose plus de la même manière.

Elle pense à Roland Barthes qui écrit

 « Le sexe n’est pas là où l’on croit ».

 

 

Commenter cet article